Asiana Airlines reçoit son premier A350: les avions à anneaux larges, mais les partenariats doivent croître

La réception par Asiana Airlines de son premier A350 a peut-être été sous-estimée, mais elle a néanmoins été capitale: la compagnie aérienne a longtemps manqué la capitale pour se développer dans un marché de l’aviation asiatique en expansion. Asiana est fermement la deuxième compagnie aérienne de Corée du Sud et n’est pas un challenger fort pour Korean Air. Au cours des dernières années, Asiana a encore perdu du rythme, par rapport aux concurrents internationaux.

Asiana a 12 A350-900 et 10 A350-1000 (ainsi que trois -800, que Airbus n’a pas l’intention de construire) sur commande. Asiana doit remplacer de nombreux avions plus anciens, mais même avec certains A350 alloués à la croissance, Asiana doit prouver qu’il n’est pas trop peu trop tard.

Les marchés internationaux domestiques et à courte distance sont aussi des défis pour Asiana, mais dans l’espace de longue distance, Asiana doit trouver des partenariats plus solides évoluant vers des coentreprises. Les candidats logiques, Lufthansa et United, ont eu une relation éloignée avec Asiana, en partie parce qu’ils travaillaient avec des concurrents, mais aussi parce que la culture d’Asiana était trop insulaire.

Pour améliorer son empreinte globale, Asiana doit d’abord se modifier.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.